Guerre à Tours

1939 - 1944 Réalisé par : Jean ChauvinFaure En ligne le 21 Feb 2022
Tours (37), Le Grand-Pressigny (37), Abilly (37), Château-Renault (37)
[Droits exclusifs aux Archives Départementales d'Indre-et-Loire (40 J 1)] Film en provenance des Archives Départementales d'Indre-et-Loire et constitué de films collectés par le Docteur Jean Chauvin auprès de plusieurs cinéastes amateurs dès l'immédiat après-guerre et jusque dans les années 1960-1970. ----- [n&b] Cartons : "La guerre 1939 à Tours" puis "Les avions ennemis viennent bombarder". Passage d'un avion dans le ciel. Carton : "Après le bombardement Rue Galpin Thiou". Des hommes autour d'un grand trou au milieu de la rue Galpin Thiou puis vue de gravats. Carton : "Après les bombardements de juin 1940" (dans la nuit du 18 au 19 juin, un gigantesque incendie est causé par des obus incendiaires allemands). La rue Nationale avec, en arrière-plan, des bâtiments détruits au début de la rue Étienne Pallu. Dans le quartier autour de la rue Nationale et près de l'église Saint-Julien et de la rue Colbert, vues de bâtiments détruits par les bombardements. Cartons : "Les bombardements de 1944" (bombardements alliés dans la nuit du 19 au 20 mai 1944) , "Les ruines" puis "Quartier Blaise Pascal". Autour de la rue Blaise Pascal, vues de gravats et de bâtiments détruits dont les ateliers de construction de locomotives (présence d'une locomotive renversée). Au sol, une plaque de rue abîmée : "Rue Danton". Le quartier Blaise Pascal détruit (clocher de l'église Saint-Étienne et le clocheton de l'hôtel de ville en arrière-plan). Carton : "Avenue de Grammont". Un grand bâtiment endommagé par les bombardements. Plaque de rue : "Rue Émile Roux", puis vues de bâtiments détruits. Carton : "Les allemands ont détruit les ponts 1944" puis "Le pont de St Cyr". Vues des vestiges du pont Saint-Cyr sur la Loire. Carton : "Le pont de Bordeaux". Sur le Cher, vue d'un pont ferroviaire endommagé puis de personnes près de l'une de ses entrées. Carton : "Le pont du Sanitas". Les vestiges d'un pont sur le Cher et une femme la regardant depuis la rive. Carton : "Le pont de la Mothe". Panoramique sur le pont ferroviaire de la Mothe détruit au-dessus de la Loire. Carton : "Le pont de Pierre" (le 22 août 1944, les troupes allemandes en détruisent les arches n°9, 10 et 11). Sur la Loire, le pont de Pierre, dit pont Wilson, détruit en son milieu. Vues de personnes traversant le fleuve grâce à des échelles leur permettant de passer sur les gravats du pont. Carton : "Fêtes de la Libération" (le 4 septembre 1944). Près d'un drapeau, un groupe d'hommes sur un balcon de l'hôtel de ville (côté place Jean Jaurès). La rue Nationale vue d'une fenêtre. Passage de membres de la Résistance parmi de nombreuses personnes réunies place Jean Jaurès. Filmées de la mairie, vues d'une foule importante réunie sur la place Jaurès. Un groupe à un balcon de la mairie. Vue parmi la foule sur la place. Carton : "Arrivée du 32e R.I." (qui participera aux combats de la Libération dans le Berry aboutissant à la reddition de la colonne Elster le 10 septembre 1944). Devant une foule réunie place Jean Jaurès, un gradé passe en revue les soldats du 32è régiment d'infanterie, militaires et civils observent un instant de recueillement, deux soldats américains saluent le gradé puis passage d'une fanfare et défilé du régiment d'infanterie. Des échafaudages autour d'un bâtiment puis vues de ruines autour de la rue Nationale à Tours. Unes de journaux sur l'attaque de l'URSS par l'Allemagne, l'occupation de la zone libre, le débarquement de Dieppe... Nouvelles vues de ruines. En intérieur, un homme feuillette un livre. Couvertures de livres. Carton : "On arrête et on garde les suspects". Un résistant fusil à la main. Des résistants contrôlant une voiture. Carton "La surveillance s'organise". Au Grand-Pressigny, un groupe d'homme dans la rue avec des brassards Croix de Lorraine. Au château, un homme au pied de la tour Vironne puis un autre, pistolet à la main, passant devant le donjon. Au sommet de la tour Vironne, un homme scrute l'horizon avec des jumelles. Cartons : "16 août des tanks sont signalés" puis "La population attend et regarde". Un groupe dans la rue. Carton : "Le Camp de la Faisanderie". Un paysage puis une maison cachée en forêt. Une épave de voiture. Une croix de chemin. Photographies d'hommes morts (résistants tués ?). Un homme montant les escaliers de l'hôtel de ville de Château-Renault puis vues d'une foule nombreuse et de groupes de résistants dans la rue. Un cycliste et un chien sur une route de campagne. Panoramique sur un champ. Carton : "Le 29 octobre Pressigny fête aussi sa Libération". Près de la mairie du Grand-Pressigny, rue du Presbytère, vues d'une cérémonie avec officiels, fanfare, résistants et habitants se recueillant près du monument au mort. Discours d'un homme puis de Jean Meunier. Le drapeau français est hissé. Portraits de personnes présentes. Passage de la fanfare suivie par des porte-drapeaux, des résistants et des militaires. Cartons : "Abilly enterre ses héros..." puis "31 octobre 1944 Michel Conty massacré par les allemands". Drapeau français en berne. À Abilly, des soldats sortent de l'église Saint-Martin en portant un cercueil puis un procession les suit dans les rues du village. Photographie d'un combattant mort. Carton : "4 novembre Sylvain Maignan torturé et brûlé par les allemands". Drapeau en berne puis défilé autour d'un cercueil avec de nombreux enfants, une fanfare, des ecclésiastiques et des militaires. Dans le cimetière, recueillement autour de la tombe. Carton : "La place du village portera leurs noms". Passage d'une fanfare suivie de nombreux enfants, d'officiels, de pompiers et de militaires. Pompiers et militaires se recueillant . Drapeau du maquis Conty-Freslon. Sur la place, Jean Meunier, futur maire de Tours de 1944 à 1947, fait un discours, la foule se recueille puis l'homme salue quelques personnes. Plaque de rue : "Place M. Conty S. Maignan". Drapeaux aux fenêtres d'un bâtiment puis une femme sur son perron. Sur un grand autel fleuri, un homme (?) fait un discours. Devant la mairie de Tours, place Jean Jaurès, des soldats autour de cercueils fleuris. Nouveau discours sur l'autel fleuri et des personnes l'écoutant. Les tombes sur les marches de la mairie puis discours de Jean Meunier sur l'autel fleuri. Foule nombreuse sur la place Jean Jaurès. Paul-Robert Vivier, préfet de la Libération en Indre-et-Loire, discourant sur les marches de la mairie. Passage d'un avion. Des tombes fleuries. Le quartier autour de la rue des Halles ressemblant à un terrain vague après le déblaiement des ruines (toiture du théâtre et cathédrale Saint-Gatien au loin). Ruines de l'Hôtel Gouin, rue du Commerce. Depuis la place des Halles, la basilique Saint-Martin derrière quelques bâtiments puis des ruines. Le pont de pierre (ou pont Wilson) avec une passerelle provisoire en son milieu (église Saint-Julien en arrière-plan), puis vues de la passerelle et d'hommes travaillant à ses pieds. Ruines à l'angle des rues Jules Favre et Berthelot (tours de la cathédrale en arrière-plan, et à gauche immeuble non détruit de la Chambre de Commerce). Carton : "Des tanks de l'armée Leclerc viennent au repos". Passages de chars sur la place du Grand-Pressigny. Un groupe de femmes en costume traditionnel alsacien. Devant l'hôtel de ville, passage d'une fanfare, de porteurs de fleurs, de militaires, de porte drapeaux et de femmes en costume alsacien. La fanfare dans la rue Nationale. Une jeep américaine sortant du pont Wilson puis de nombreux passants sur une passerelle. [coul] Dans les années 1960 (?), rue Nationale à Tours, passage d'une jeep avec un gradé militaire saluant. Place Jean Jaurès, vues d'officiels, d'une foule et d'une fanfare militaire lors d'une commémoration (20-30 ans de la Libération de Tours ?). Un groupe de soldats puis arrivée de gradés. Au milieu de la place, un homme remet un document à un autre. Passage d'un défilé militaire boulevard Béranger.

Commentaires

Rue Nationale difficilement reconnaissable maintenant. Seul vestige, la fenêtre à droite, à l'angle de la rue des Minimes de l'immeuble de la BNP.

Cet homme ressemble à Jean Meunier.
https://images.lanouvellerepublique.fr/image/upload/t_1200x1200/58c3ce1c489a45b72f8b458d.jpg
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Meunier

Portrait de Olivier Fourel

Il y a effectivement une ressemblance assez flagrante. Aucune énigme n'ayant été crée pour cette personne, nous ajouterons l'information au résumé du film. En vous remerciant.

Il pourrait ici aussi s'agir de Jean Meunier, homme politique et résistant ?

Portrait de Olivier Fourel

Nous pensons qu'il s'agit effectivement de Jean Meunier. Vous pouvez donc résoudre l'énigme correspondante. Merci à vous.

Après la personnalité recherchée en 21:24, il pourrait s'agir ici aussi, comme sur la fiche 11583, de Jean Meunier.
http://www.ajpn.org/images-justes/1223416681_6091a-2.jpg

Bonsoir,le personnage qui fait un discours à 21'24 n'est pas Robert Vivier (Robert Vivier était mon grand-père !)Cordialement

En ce qui concerne cet homme faisant l'objet d'une énigme faisant un discours, il pourrait s'agir de l'historien et nouveau Préfet de la Libération, Paul-Robert Vivier (1891-1974), cependant pas trouvé de photographie permettant de le confirmer, seulement un petit portrait dessiné sur le lien :
http://www.crcrosnier.fr/preb04/vivier04.htm
On peut y lire sur ce lien "Le 1er septembre 1944, la ville de Tours est libérée. Le Préfet nommé par Vichy, Fernand Musso, est arrêté. Robert Vivier est accueilli comme nouveau Préfet. Jean Meunier, président du Comité de Libération, fondateur de « La Nouvelle République du Centre-Ouest », reçoit les pouvoirs du maire Émile Guerrier. Pour maintenir l’ordre, Robert Vivier, fervent défenseur de la laïcité, lance un appel au patriotisme et à la confiance envers tous ; il termine son allocution par :

« Vive De Gaulle ! Vive la république ! Vive la France ! »

Vue tout en bas sur les maisons de la rue Jules Favre et en haut à droite, la grande toiture du théâtre.

Ruines de l'Hôtel Goüin, rue du Commerce. Coord. 47.395042, 0.684805
Merveilleusement restauré et maintenant lieu d'expositions, on a du mal à s'imaginer que seule la façade restait debout après la guerre :
https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_Go%C3%BCin

Angle Rues Jules Favre / Berthelot. A gauche l'immeuble de la Chambre de Commerce qui n'avait pas été détruit.
Coord 47.394812, 0.687913

Portrait de Olivier Fourel

Nous vous remercions pour toutes ces indications et nous pensons que vous pouvez en effet proposer Paul-Robert Vivier pour l'énigme.

Les ateliers de construction de locos à vapeur se situaient entre la rue Blaise Pascal et la gare. On peut voir ici, devant ces ateliers ravagés et qui n'ont pas été reconstruits après guerre, l'avant de la chaudière d'une locomotive à vapeur renversée sans aucun doute par une bombe. On aperçoit à gauche sa traverse avant avec un tampon et le crochet d'attelage.

Le clocher de l'église Saint-Etienne et le clocheton de l'hôtel de ville au fond dominent les ruines.

Portrait de Olivier Fourel

Nous vous remercions pour ces indications.

Sur ce passage très bref un peu flou en panoramique, je n'avais pas encore remarqué que l'on apercevait au fond vers la gauche le dôme de la basilique Saint-Martin et plus à droite, le haut squelette de la Tour Charlemagne en partie détruite. Le réalisateur se trouve donc ici à proximité du carrefour totalement dévasté de la rue des Halles et de la rue Nationale.

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Votre message sera envoyé aux équipes de ciclic et ne sera alors pas publié sur le site
- +
Insérer
Ajouter un timecode