• 0
  • 0 vote
Publié le 13 Octobre 2020

Les Céréalia d'Issoudun à travers le temps

Créée en 1974, sous l'impulsion de Michel Guyard, la première fête du grain, ainsi nommée en hommage aux céréaliers de la région, s'est déroulée durant le long weekend de l'ascension à Issoudun et dans les communes environnantes. Voyageons dans le temps à travers les nombreux films d'archives conservés par Ciclic, pour revivre ces festivités qui ont perduré jusqu'à la fin des années 1980 et dont le nom "Céréalia", résonne encore dans le cœur des anciens d'Issoudun.

Au milieu des années 1970, Michel Guyard, entrepreneur dans l'éclairage public et passionné de musiques et traditions berrichonnes, imagine un festival en hommage au grain, alors principale richesse de la région. Puis, l'idée lui vient d'agrémenter cette fête agricole par des concerts et danses de sociétés folkloriques venues de la France entière et même d'Europe. Remportant un vif succès, toutes les associations de la ville se mobilisent autour de cet évènement en proposant l'hébergement des intervenants mais également en installant des stands en partenariat avec les vingtaines de groupes invités. Chacun met en valeur sa région et ses spécialités culinaires ou artisanales. La mairie met à disposition du matériel, des salles et des bras ! Cette fête a pris une telle ampleur au fil des années, que de nombreux cinéastes amateurs en ont gardé une trace en images. 

La première année, un grand chapiteau installé place du 10 juin 1944 à Issoudun, fera office de lieu de rassemblement avec comme invité les écossais d'Aberdeen, qui avec leur jupe et leur cornemuse ont fortement marqué les esprits. Plus tard le démarrage des festivités se fait dans l'ancienne salle des fêtes d'Issoudun, boulevard Franklin Roosevelt, comme on peut le voir sur le film de Danièle Guyard, la sœur du créateur, Festival du grain à Issoudun en 1974 . Les stands sont disposés dans le jardin public, qui jouxte la salle des fêtes, puis faute de place, on déménage le tout ainsi qu'une estrade en plein air pour admirer les danseurs et musiciens, dans le grand parc boisé de la Visitation, route de Bourges. Chaque année, c'est plus de quatre cents personnes que la ville accueille et l'ampleur de la foule dans le film de Gérard Wozniock fête des Céréalia à Issoudun, nous indique le succès et l'ambiance intense qui pouvait régner durant cette période. 

S'en suivent trois jours de festivités, en continu avec le vendredi l'accueil par les communes environnantes d'un groupe folklorique et les démonstrations de danses et défilés dans les rues qui se terminent chaque soir par des concerts improvisés autour de repas bien arrosés. En 1977, l'honneur est à la Suède et, main dans la main, bretons et suédois vont former une ronde dans le petit village de Diou, sous l'œil de Jean et Mireille Surtel Céréalia à Diou. 

Ainsi, chaque village, le temps d'une journée, va vivre au rythme musical et dansant d'une société venue d'ailleurs. Les Bordes recevront les Suédois et les Bretons avec le Bagad de Lann Bihoué, Diou la Savoie, le Languedoc, la Provence,  Lignières les Ecossais, Sainte-Lizaigne les Alsaciens, Saint-Ambroix les échassiers du Rouergue.... 

Le samedi se termine par le grand gala avec la remise de "l'Epi d'Or" au groupe qui aura su captiver et enchanter les spectateurs lors d'une démonstration sur un podium devant une foule nombreuse.

Ce rendez-vous de l'ascension d'années en années s'imposera comme une fête incontournable pour la région. De nos jours c'est un festival de spectacles de rue qui résonne et investit les rues d'Issoudun chaque week-end de l'ascension sous le nom de fêtes de la Tour Blanche.

Retrouvez au travers les nombreux films d'archives Ciclic, toute l'ambiance en couleur et en musique, de ces journées et nuits inoubliables. On raconte en effet que de belles histoires d'amour sont nées lors de bals improvisés sous les étoiles du Berry ...