• 0
  • 0 vote
Publié le 6 Juillet 2020

Un jeune beauceron en Amérique du Nord en 1967

En 1967, Denis Pichot, étudiant originaire de Bazoches-en-Dunois, part en Amérique du Nord et traverse ce continent durant un long parcours qui dure près de trois mois. Et bien sûr il n'oublie pas d'emmener avec lui sa caméra 8mm...

À l'époque, les étudiants français sont encouragés à visiter les États-Unis, sous forme d'une subvention pour le voyage en avion. Denis Pichot, alors étudiant en 3ème année dans une école d'ingénieur en agriculture à Paris, choisit d'en bénéficier avec deux camarades de promotion. Ils partent donc à New York pour débuter un séjour de trois mois durant l'été 1967.

Sur place, ils utilisent une proposition de la compagnie d'autocars Greyhound : un forfait de 99 dollars pour 99 jours de voyage sur leurs lignes qui couvrent alors la totalité des États-Unis et une grande partie du Canada. Ils parcourent ainsi près de 30000 kilomètres pour traverser le continent nord américain d'est en ouest puis d'ouest en est.

Présence du Monde à Montréal... et de la France à QuébecExposition universelle de Montréal

Le périple des trois amis commence à New York avec un atterrissage à Kennedy Airport d'où ils partent rapidement vers le Canada en car Greyhound. C'est au pied des chutes du Niagara que Denis Pichot commence à filmer, avant de continer à faire tourner sa caméra lorsqu'ils visitent Montréal et l'exposition universelle qui s'y déroule.

De Gaulle arrivant à QuébecAprès avoir passé quelques jours dans les montagnes et les forêts des Laurentides, et travailler pendant 1 mois dans des exploitations agricoles, pour financer en partie la suite de leur voyage, les trois étudiants se dirigent vers Québec. Le 23 juillet 1967, ils ne sont pas les seuls à arriver dans la ville. Ils croisent en effet le général De Gaulle qui débarque juste du croiseur Colbert, dans lequel il a remonté le fleuve Saint-Laurent, et se dirige vers Montréal où il prononcera, depuis le balcon de la mairie, son fameux "Vive le Québec libre !".

De Montréal à Vancouver puis de Seattle à New York

Après un stage dans une ferme, les étudiants se lancent sur les autoroutes canadiennes pour deux mois de voyage en car Greyhound. Ils rejoignent la côte pacifique en passant par Ottawa, les Grands Lacs, Winnipeg, Saskatoon, Edmonton, les montagnes Rocheuses et finalement arriver à Vancouver après 4000 kilomètres de voyage.

De la ville voisine de Seattle, ils descendent vers le sud des États-Unis avec un passage par le parc de Yellowstone, une baignade dans le Grand Lac Salé, un tour sur le Strip de Las Vegas et une visite du Grand Canyon du Colorado. Puis ils partent pour une nouvelle traversée vers la côte atlantique, beaucoup plus rapide afin de ne pas rater l'avion de retour. Mais ils font tout de même un arrêt à la Nouvelle-Orléans, visitent Washington et se promènent dans New York avant d'embarquer pour le retour en France.

Autocars Greyhound et nuits à la belle étoile

Ce périple nord américain se fait principalement grâce au forfait de la compagnie Greyhound. Seules les visites des parcs de Yellowtone et de Sequoia Park font exception. Aucune ligne de car ne les dessert, et leur vaste étendue ne permet pas d'envisager la marche à pied. Alors les trois étudiants se regroupent avec des personnes rencontrées sur place et louent une voiture pour visiter ces grands espaces.

Durant cette aventure américaine, l'hébergement est assez sommaire. Les voyageurs dorment très rarement dans un hôtel bon marché ou en auberge de jeunesse dans les grandes villes. Ils sont parfois invités par des états-uniens ou des canadiens au hasard des rencontres, mais le plus souvent ils dorment dans des conditions plutôt précaires : dans le car durant les longs trajets et surtout à la belle étoile dans les jardins publics, sur les bords du Colorado ou dans les gares routières (où ils font également leur toilette).

Mémoire vous propose donc de revivre en images la grande aventure américaine de trois étudiants français durant l'été 1967.