• 0
  • 0 vote
Publié le 13 Janvier 2016

La taille de la vigne à Parçay-Meslay

De novembre à février, la vigne entre dans une période de repos hivernal. C'est durant cette période que vignerons et viticulteurs s'affairent pour la taille de la vigne ; l'occasion de revoir, à travers les images de Benjamin Gautier, comment ce travail se pratiquait à Parçay-Meslay, à la toute fin des années 1930.

Benjamin Gautier est né le 22 novembre 1900 à Parçay-Meslay. Il est agriculteur et viticulteur toute sa vie. A la fin des années 1930, il rencontre M. Guinan, un voisin militaire (une base importante est installée sur la commune). M. Guinan connait bien le cinéma et propose ses services à Benjamin Gautier pour filmer son exploitation agricole et la vie quotidienne de la commune. M. Gautier accepte et achète chez un commerçant de Tours de la pellicule 8 mm. Sur les instructions de Gautier, Guinan filme les foins, la moisson et la taille de la vigne en hiver.

C'est par l'intermédiaire de Benjamin Gautier, agriculteur à Parçay-Meslay, en Indre-et-Loire, que nous pouvons redécouvrir le témoignage filmé de ce travail effectué à l'hiver 1939. C'est au sein d'une exploitation agricole familiale, proche de la famille Gautier, installée sur la commune de Parçay-Meslay, que se déroulent ces travaux hivernaux.

Des employés journaliers et des amis sont venus effectuer la taille hivernale de la vigne. Nous retrouvons parmi eux le père de Benjamin Gautier, Louis Gautier ou encore Madame Rossignol. Cette taille est véritablement d'une grande importance puisqu'elle conditionne la quantité et la qualité de la récolte… Ainsi, les sarments sont taillés de manière à ne laisser se développer qu’une quantité raisonnable de grappes.

Une chose qu'il est très intéressant de remarquer dans ce film, c'est le ramassage et non le brûlage des sarments (que l'on appelle aussi les javelles). En effet, Madame Rossignol, (la dame que l'on voit ramasser les sarments) porte dans le dos des brins d’osier qui lui permettent de lier les fagots de sarments. Ces fagots de sarments étaient parfois vendus aux boulangers pour chauffer leurs fours (vendus 1 à 5 sous le fagot de javelles). Les sarments étaient aussi utilisés pour le petit-déjeuner des employés agricoles qui faisaient alors des grillades de sardines ou harengs.

Voir le film original