• 0
  • 0 vote
Publié le 9 Décembre 2013

Un cinéaste amateur au coeur de Mennetou

Foire aux andouillettes, groupe folklorique, maison des jeunes... Lucien Laurent était au coeur de la vie du canton de Mennetou-sur-Cher. Il en fut non seulement un élément moteur mais également un témoin privilégié, grâce à sa caméra Super 8.

Militaire de carrière, Lucien Laurent s'est familiarisé avec la pratique du 8 mm dès 1964 lors de son cantonnement dans le Pacifique. A son retour à Mennetou-sur-Cher, en 1966, il s'implique dans la vie locale. Il s'investit dans plusieurs associations et met son savoir-faire au service de la collectivité.

Acteur et témoin de la vie locale

Il participe à la création de la Maison des Jeunes de Mennetou vers 1968. C'est à cette époque qu'il achète sa propre caméra super 8. Il filme les activités de l'association (une exposition d'artisanat local par exemple) et entreprend la réalisation d'un grand film avec les jeunes. Le groupe dresse le portrait du canton de Mennetou-sur-Cher en 1973 à travers des vues commentées des rues et des monuments de chaque commune. 

Lucien Laurent s'investit aussi dans les activités du groupe folklorique Les Gais Bourreyeux, notamment en les suivant pour les filmer lors de leurs différents déplacements à Seur, à Déols et même jusqu'à Clermont-Ferrand.

En tant que cinéaste monestois, il s'attache aussi au quotidien de la commune en enregistrant sur pellicule des inondations, une partie de pêche, l'entrainement des pompiers ou une fête locale. Toutes ces productions étaient présentées ensuite au public dans les salles des fêtes du canton.

Une décennie au service de la Foire aux andouillettes

Au début des années 1970, il participe à la création et au développement de la Foire aux petits élevages et à l'andouillette de Mennetou-sur-Cher et fait partie de la confrérie des Tastandouillettes. L'activité de l'association devient son sujet de prédilection. 

Membre du Caméra-Club de Romorantin-Lanthenay, où il a rencontré dans les années 1970 deux cinéastes amateurs, M. Daumain et M. Cordier, il organise une équipe de tournage pour réaliser chaque année un film sur la Foire aux andouillettes. Cela commence donc lors de la première édition de cette manifestation, en 1972, et durera plus d'une dizaine d'années. Jusqu'en 1986, monsieur Laurent et son équipe filmeront donc pratiquement toutes les éditions de cette manifestation en décrivant en images toutes les activités s'y déroulant.

Grâce aux films de ce gai bourreyeux monestois, c'est donc une grande partie de la vie de Mennetou-sur-Cher dans les années 1970 qui se propose à vous.

Les films de Lucien Laurent ont été numérisés dans le cadre du Plan national de numérisation du Ministère de la Culture pour mettre en valeur les archives et les pratiques audiovisuelles des associations de la région Centre. Initié en 1996, le Plan National a d'abord permis d'aider à la numérisation des fonds iconographiques et sonores appartenant à l'Etat. Depuis 2000, il est également ouvert aux collections des collectivités territoriales, des fondations et des associations.