• 0
  • 0 vote
Publié le 4 Avril 2018

Plein Cadre Sur Joseph Limousin, l'art et l'invention à Châteauroux

Réalisateur prolifique, membre actif de la vie artistique castelroussine et surtout ardent animateur du comité des fêtes, initiateur avec quelques autres du Caméra Club de l'Indre, Joseph Limousin était aussi un acteur de la vie industrielle et commerciale de l'Indre.

 

Joseph Limousin entre dans la collection "Plein Cadre Sur", série de portraits de cinéastes amateurs créée par Ciclic en juin 2020, diffusée sur Mémoire et sur Facebook-Ciclic-Mémoire

 

 

 

 

 

 

 

Joseph Limousin est né le 9 décembre 1908 à Châteauroux. Une partie de ses études se déroule à Saïgon (Indochine) où son père était fonctionnaire colonial. En 1930, l’économie indochinoise connaît après plusieurs années de boom économique, les effets de la dépression mondiale consécutive au krach boursier de 1929. La famille Limousin rentre en France, les parents reprennent une épicerie rue Saint-Cyran, Joseph termine ses études à l’incontournable collège Léon XIII de Châteauroux.

 

Commerçant cinéaste

 Le 26 avril 1933, Joseph Limousin épouse Germaine Biard, fille des droguistes de la rue Victor Hugo. La Droguerie Centrale Ernest Biard est une grande entreprise, elle commercialise les produits chimiques, couleurs et vernis, le verre, les fournitures électriques,  les produits cinématographiques et photographiques et bien entendu la brosserie, les éponges, les pinceaux, la parfumerie sans compter tapis, carpettes, linoléum et toiles cirées. Le savon dont le cours est fixé en bourse est acheté par wagons entiers au meilleur prix et revendu sur tout le département. Dès lors, Joseph Limousin travaille avec la famille de son épouse, dans la grande droguerie, il développe le rayon photographie et cinéma. On y vend les produits Lumière, les plaques et papiers Guilleminot et le révélateur Cristallos.

 

 

Fêtes du MillénaireJoseph Limousin va développer les services pour les amateurs en proposant des reproductions et des agrandissements, puis la photographie couleur. Il expérimente le cinéma avec une caméra 16mm Kodak movie mécanique qui ne le quittera plus. C’est à Jean-Claude, le fils unique du couple (né le 13 août 1937) que nous devons le plaisir de voir et revoir tous ses films. Nombre d'entre eux ont disparu mais il reste de très belles choses sur la semaine berrichonne, quelques actualités castelroussines dont l’incendie de la manufacture de tabac en octobre 1938, le déraillement du Paris-Cerbère en mars 1939 en gare de Châteauroux, les défilés en costumes des fêtes du Millénaire de Châteauroux en juillet 1937. La droguerie Biard commercialise les produits pour l’agriculture, les souffres et bouillies pour la vigne, les produits vétérinaires. Joseph Limousin s’intéresse à la chimie et commence à développer aussi une gamme de produits d'entretien à laquelle il donne le nom de Balma. Balbutiante et artisanale avant le 2e guerre mondiale, cette activité va se développer grandement dès 1945 sous le nom de Produits Balma.

 

Les tréteaux du Bombardon

 Revenons à la période trouble de l’occupation. L’Indre et le Cher sont très touchés par l’occupation allemande, la Feldkommandantur de Bourges accueille de nombreux services tels que la propagande ou le centre de logistique des transports ferroviaires. En outre, les nombreux terrains d’aviation et les usines réquisitionnés dans les deux départements composent une zone stratégique pour l’occupant. La bourgeoisie castelroussine se rassemble autour des Tréteaux du Bombardon, revue mêlant théâtre et music-hall et destinée à rassembler des fonds pour les prisonniers français en Allemagne. Cette revue quasiment professionnelle par la qualité de sa prestation tire son nom du ruisseau qui passait sous l’ancien théâtre (démoli en 1957). Joseph Limousin,  Jacques Descoraille (pseudo emprunté par un célèbre avocat castelroussin) et M. Pissavy sont les animateurs de cette troupe d’une quarantaine de personnes qui jouent durant trois semaines d’affilée au Théâtre de Châteauroux, parfois devant les officiers de la Kommandantur, c’est la seule attraction du pays en ces temps de guerre. Il en subsiste la séance du 15 novembre 1942, alors que Châteauroux est encore en zone libre. Pendant l’occupation, Les Tréteaux du Bombardon poursuivent leurs activités sur le territoire de Châteauroux.

 

Caméra Club de l’Indre

Ronde de NuitJoseph Limousin cofonde le Caméra Club de l’Indre en 1947 avec Jean-Baptiste Drevet, Jacques Griffon, Madeleine Chaploteau, Jacques Morlon, Jean Rémia, Hector Gablin et quelques autres. Il projette ses films dans le cadre des activités des associations auxquelles il participe. François Balsan, l'explorateur, lui confie le montage de tous ses films. Joseph Limousin possède une bonne technique et a le sens de la lumière, sa pratique cinématographique est de grande qualité. ''Ronde de nuit’’ est un film de club, fiction muette réalisée à la fin des années 1940 dans la mouvance des Tréteaux du Bombardon, avec des personnalités de Châteauroux. Ce film raconte l’histoire d’un veilleur de nuit qui gagne à la loterie nationale, aventures et mésaventures... Il finira dans le « beau monde ».

 

Années 60

A la fin des années 1960, il abandonne son activité de droguiste et d'industriel, grâce à l'important essor des produits Balma dont il cède ses parts, pour devenir commercial dans les matériaux pour la construction. Joseph Limousin filme depuis 1936 et arrête de filmer 25 années plus tard, en 1962. Joseph Limousin décède le 20 mars 1977 à l'âge de 69 ans.

 

30 ans après sa mort, en 2007, Jean-Claude dépose les films de son père à Ciclic ("Centre Images" à l'époque, dont le service des archives filmées nait en 2006). Le 5 mars 2008, une soirée hommage est consacrée à Joseph Limousin pour la 2eme édition de ''Retours vers le Futur''. Le site memoire offre aujourd'hui la possibilité de voir en ligne 66 films de Joseph Limousin.