• 0
  • 0 vote
Publié le 17 Février 2021

Le Maroc de Gabriel Planque

Gabriel Planque, né le 7 novembre 1887 à Bordeaux, va connaitre une trajectoire de vie unique partagée entre deux pays, la France et le Maroc. Achetant une caméra 9,5 mm au milieu des années 1920, il filme les instants de vie en famille dans ses différentes propriétés jusqu’au milieu des années 1950. Il rapporte de cette vie des souvenirs filmés d’un grand intérêt documentaire : le Maroc des années 1920/1930.

 

Suite à un problème technique, la lecture des extraits vidéos proposés dans cet article nécessite de cliquer au début de la barre de défilement du lecteur (barre grise/verte). Merci !

Après des études de médecine, il occupe du 21 janvier 1918 au 19 octobre 1919 le poste de médecin militaire à Dakar au Sénégal.  Le 13 janvier 1920, il épouse à Nice Suzanne Vatron, une riche héritière propriétaire de plusieurs hôtels en France et à l’étranger : l’hôtel Lamartine à Nice, Le Splendid Hôtel à La Bourboule et l’hôtel Transatlantique à Rabat au Maroc. Gabriel et Suzanne ont trois enfants : Jean (né en 1920), Daniel (né en 1922) et Nicole (née en 1925).

Du fait de son mariage, Gabriel s’engage dans les affaires familiales et devient gérant de l'Hôtel Transatlantique à Rabat au Maroc. C’est ainsi que la trajectoire professionnelle de Gabriel Planque (et celle de sa famille) va croiser celle de l’histoire du Maroc (alors sous le régime du protectorat français) et celle de l’histoire du tourisme français en Afrique du Nord.

Inauguré en 1918, l'Hôtel Transatlantique de Rabat fait partie d'une chaîne d’hôtels offrant des lieux de villégiature aux touristes français qui souhaitent partir à la découverte de l’Afrique du Nord. En effet, la Compagnie Générale Transatlantique crée en 1925 la Société des Voyages et Hôtels Nord-Africains pour proposer des visites touristiques de l’Algérie, du Maroc, de la Tunisie et du Sahara. Cette offre comprend la traversée maritime depuis la France, le circuit en autocar ou en automobile ainsi que des haltes dans les différents « Hôtels Transatlantique » (du Maroc, d’Algérie et de Tunisie) pour y déjeuner, y passer la nuit ou quelques jours.

 Habitant l’Hôtel Transatlantique, situé proche des jardins et de la kasbah des Oudaïas - un quartier touristique – Gabriel Planque filme la vie de famille, ses sorties et ses loisirs. Les enfants font du vélo à proximité des remparts de la ville et des balades et des jeux s’organisent sur la plage de Rabat face à l’océan.

A ses séquences familiales répondent d’autres séquences filmées révélatrices de la vie marocaine de l’époque comme ces habitants de Rabat qui s’adonnent au chirra (le hockey marocain) ou encore cette fiction tounée sur le toit de l'Hôtel Transatlantique qui nous donner à voir le cimetière musulman El-Alou à proximité de l'océan. 

 Les images tournées par Gabriel Planque sont aussi révélatrices du contexte politique du Maroc à la fin des années  1920. En effet, nous découvrons le sultan Sidi Mohammed Ben Youssef (futur Mohamed V qui deviendra roi du Maroc en 1956), lors d’un défilé militaire à proximité de la nécropole de Chellah. Autre élément documentaire important que nous racontent ces images, c’est le protectorat français que vit le Maroc à cette période. En témoigne cette séquence où le sultan Sidi Mohammed Ben Youssef rejoint son palais, suivi d’une troupe de Spahis dirigés par un soldat français.