Battage à Prissac

1974 Réalisé par : Jean Chatelut En ligne le 05 Oct 2020
Prissac (36)
Divers plans sur des paysages du Boischaut Sud (champs, vaches). A Prissac, sur le palier de sa ferme, un homme se tient debout, lit le journal "La Marseillaise" et regarde la caméra. Il s'agit d'Edouard Chartier, agriculteur, longtemps maire de la commune. Dans la cour de sa ferme, des ouvriers s'affairent autour d'une locomobile à vapeur et d'une batteuse. Détails de la machine. Dans le grenier, des hommes déplacent des gerbes pour les déposer sur un tapis roulant qui les montent au sommet de la batteuse. Plusieurs plans sur l'ouvrier qui réceptionne et délie les gerbes avec une petite serpette artisanale. Gros plans sur les gerbes, puis sur la paille pressée pour former des bottes, plus tard savamment entassées. Des enfants passent avec des boissons. Plan sur le tas de balle sous la batteuse, puis sur les sacs dans lesquels sont recueillis les grains. Autour d'un sac, trois hommes auscultent les grains dans leurs mains. Pendant qu'il discute avec d'autres, un homme ferme par un lien un sac de grain.

Dans la cour de la ferme dite "Le Chantier" à Prissac, un homme et un adolescent préparent des liens avec un fil de fer (ils préparent les liens pour les bottes ?). Plan sur une batteuse rouge installée dans la cour de la ferme "Le Chantier" avec au premier plan de nombreux sacs de grains. Plusieurs plans sur des détails de la batteuse en fonctionnement, puis sur des manoeuvres effectuées par des ouvriers (séparation des bottes notamment). Le grain tombe dans des sacs, fermés par un lien. Plan sur plusieurs sacs marqués "Saint Frères", puis sur un sac marqué "Esmery Caron" sur un diable. De nouveaux plusieurs plans sur différents postes de travail autour de la batteuse. Les derniers épis sont montés dans des petites cagettes en bois. La presse ralentit. Un homme sur un tracteur déplace une charrette pleine de gerbes. Quelques travailleurs boivent un verre de vin. En contre-jour, un homme époussette le haut de la batteuse. Tour à tour, chaque travailleur est filmé en gros plan. Deux plans sur une femme en blouse qui tente d'échapper au regard de la caméra.

Commentaires

merci à vous Mr Chatelut, je viens de revoir mon grand père, mon père, mon grand oncle et plein d'autres.

Merci à vous Monsieur Chatelut d'avoir fait revivre ces souvenirs, et fait revoir mon grand père et mon père, mon grand oncle et aussi quelques autres Prissacois partis depuis quelques années déjà!

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Votre message sera envoyé aux équipes de ciclic et ne sera alors pas publié sur le site
- +
Insérer
Ajouter un timecode