Jeux dangereux/Dangerous Games

1984 Réalisé par : Georges MagnyFrançois Ozzola En ligne le 22 Jun 2022
Issoudun (36)

[film accompagné de musique et de sons en prise directe]

Cartons : "Images-Inn Imavision Présente" puis "Dangerous Games Visa n°59 455". À Issoudun, des élèves sortant du bâtiment du groupe scolaire Saint-Exupéry et dans la rue du Berry. Carton : "Jeux dangereux" puis "Un Film de GEorges MAgny & François Ozzola D'après une Idée de François Ozzola". En intérieur, une enceinte diffusant de la musique ("Pink Floyd The Wall"). Dans une autre habitation, une femme passe un coup de téléphone. Discussion téléphonique entre la femme et un homme dans l'autre intérieur pour aller chercher un enfant à l'école. L'homme finit de s'habiller. Des élèves sortant du groupe scolaire puis deux d'entre eux jouent aux cartes assis sur le trottoir devant l'établissement. Chez lui, l'homme range un pistolet sur un placard puis zoom sur une photographie de famille. Au volant de sa voiture, l'homme attend à un feu de rouge avenue des Bernardines. Les deux enfants sur le trottoir, l'un d'eux craignant de croiser un groupe de "punks" puis partant en passant finalement près d'eux. Travelling depuis la voiture de l'homme (à un feu avenue Charles de Gaulle, avenue Alsace-Lorraine et rue du Berry). Venant de l'avenue Alsace-Lorraine, l'automobile arrive rue du Berry et l'enfant restant y monte. L'homme au volant puis la voiture reculant et faisant chuter une motocyclette provoquant l'ire des "punks". Le groupe monte sur des motos, quitte les lieux et part à la poursuite de la voiture. L'homme au volant et l'enfant regardant en arrière. Séquence sur une course poursuite sur une route de campagne (D9) et le long d'une voie ferrée au bout de laquelle la voiture se retrouve bloquée. L'homme est battu et les punks repartent, deux d'entre eux emmenant le garçon. L'homme se relève et, en repartant, bloque sa voiture sur la voie ferré. Actuelle place des Droits de l'Homme, deux punks emmènent l'enfant dans leur squat. L'homme réussit à repartir en voiture. Le reste du groupe arrive dans le squat, le garçon est enfermé dans une pièce puis le groupe discute sur son cas. L'autre enfant arrive chez lui et commence à faire ses devoirs. La mère du kidnappé appelle chez l'homme mais il arrive trop tard pour répondre. La femme, inquiète, appelle chez le copain de son fils qui ne lui apporte pas plus d'informations. L'homme appelle la femme pour lui demander de venir. Les punks discutent de la situation. La femme arrive chez l'homme qui lui raconte en détail ce qu'il s'est passé (avec nouvelles vues de scènes précédentes). La patron et des clients, dont un des punks, dans un café place du Marché à l'Avoine. Dans le squat, le groupe mange et discute avec l'enfant. Chez l'homme, la femme appelle son frère pour qu'il vienne puis soigne une blessure de l'homme qui se lève ensuite pour prendre son pistolet. Au squat, le groupe continue de discuter de la situation, l'un d'eux s'en allant, puis l'enfant parvient à se sauver. Poursuite jusqu'au toit du bâtiment (Tour Blanche en arrière-plan) où l'enfant est attrapé, le groupe le ramène ensuite dans l’appartement. Chez l'homme, le frère de la femme arrive et dit avoir vu les punks. Travelling dans la voiture. Au squat, deux des punks se battent jusqu'à être séparés. Discussions dans la voiture roulant notamment boulevards Franklin Roosevelt et Marx Dormoy, rue Poterie, place du 10 Juin, rue de l'Horloge et arrivant place du Marché à l'Avoine. Dans le café, l'homme interpelle un des punks au comptoir. Dans la voiture, le menaçant de son arme, l'homme lui demande de les emmener au squat (passage place de la Poste, rue Pierre Sémard et place des Droits de l'Homme). Dans le squat, le groupe décide de relâcher l'enfant. Sur la place, l'homme descend de voiture et entre dans le bâtiment suivi par le punk, la femme et son frère. Il entre dans l'appartement avec son pistolet à la main et, attrapé par le punk le suivant, tire blessant mortellement un membre du groupe. Le groupe autour du cadavre. Carton : "Jeux dangereux". Les personnes autour du corps dans l'appartement. Générique de fin.