Dégradation et rénovation des édifices chartrains

1973 Réalisé par : Guy Nicot En ligne le 05 Oct 2020
Chartres (28)
Une musique d'église retentit. Plan sur une représentation la cathédrale de Chartres sur un fond noir, à gauche on découvre une date : 1568. La musique continue tandis que plusieurs panneaux filmant des images en gros plan se succèdent. Gros plan sur une peinture qui représente un moulin à vent avec à proximité des paysans qui portent des outils agricoles, plus loin dans le tableau nous distinguons un village où se dresse une cathédrale à gauche de laquelle on peut lire : "Saint Martin". Une voix off masculine commence à raconter l'histoire de Chartres depuis le XVIè siècle. Une vue d'ensemble puis plusieurs panneaux sur des détails d'une carte peinte assez ancienne représentant la ville de Chartres de manière illustrée dans un style plus détaillé que précédemment et assez cartographique. Nous suivons la voix off à travers les rues qu'elle énumère en les rattachant à des faits historiques.

Plan sur une représentation de la cathédrale de Chartres sur un fond noir, à gauche on découvre une date : 1775. Plan séquence sur une carte cartographique montrant la route à parcourir pour aller de Paris à Chartres, la caméra observe un temps de pause sur Versailles et Rambouillet. Plan sur une gravure en noir et blanc représentant une calèche tirée par un attelage de 4 chevaux dirigés par un cocher en direction de la ville de Chartres, la caméra se recule, nous sommes devant une gravure représentant la ville de Chartres. Plan sur une autre carte, datant de 1760, la caméra zoom dans cette carte d'architecte pour filmer l'espace où se dresse la cathédrale. La caméra navigue sur une autre carte, nous arrivons sur un plan détaillé de la cathédrale.

Plan sur une représentation la cathédrale de Chartres sur un fond noir, à gauche on découvre une date, 1970 et en dessous du dessin, un titre, "Chartres perpétuelle génuflexion, film réalisé par Guy Nicot, architecte en chef des bâtiments civils et des palais nationaux". Plan de détail sur une représentation religieuse sculpté sous une voute de pierre. Plan sur d'autres saints sculptés dans la pierre, sur des vitraux, une statue de la vierge à l'enfant. Plans sur d'anciennes photographies des rues que commente la voix off. Sur l'une d'elles on découvre les lavandières lavant le linge sur les bords de l'Eure. A partir des vues sur les différentes photographies de bâtisses anciennes en décrépitude et quelques vues filmées dans la ville, la voix off explique la dégradation progressive des anciens édifices chartrains. Vues sur des décombres, des habitation effondrées sur le bord de la route. Vue sur des schémas et des cartes mettant en évidence les particularités des édifices chartrains. A partir de plans et de maquettes, la voix off présente le plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur. Vue sur les machines qui ont servies à mettre en œuvre l'action de sauvegarde et de mise en valeur. Vue en plongée sur la rue des écuyers en chantier de chaussée, vue sur des croquis. Vues sur des maisons en cours de restauration. Vue dans un appartement installé dans les combles d'une demeure chartraine. Vues sur différentes restaurations des maisons. Plans de détail sur les fissures des façades puis sur des vues ces même habitations remises en état. Une vieille femme rentre chez elle, sur le pas de la porte se trouve un chat noir. Gros plans sur une glycine en fleur. Plans sur des ouvriers qui travaillent à la construction d'un toit. Des maçons, montés sur des échafaudages travaille sur la façade d'une maison à colombages. Plan sur des feuilles qui sont emportées par le flot de l'Eure. Présentation de l'opération de rénovation appliquée au bords de l'Eure par des vues des habitations et des ponts avoisinants les berges. Plan sur les infrastructures jouxtant la cathédrale. Fin du commentaire sur les notes d'un orgue qui retentissent dans la vue d'un soleil couchant sur la cathédrale. Texte blanc sur fond noir : " ... tel est l'écho chartrain de la loi du 4 aout 1962 que le spectateur veuille bien y ajouter les images vivantes du Chartres séculaire, où l'érosion du temps et l'indifférence de quelques générations peuvent encore être comblées par la restauration, à condition cependant qu'il n'y ait point trêve dans l'action engagée." C'est signé "l'architecte du secteur sauvegardé".