Héros sans le savoir

2010 Réalisé par : Jean-Paul ChuretJean-Pierre Blot En ligne le 29 Oct 2021
York (ville) (Royaume-Uni)
Note du réalisateur :

"Peu de Français savent que de nombreux Français se sont battus au côté des Anglais et de leurs Alliés durant la seconde guerre mondiale. Ce film raconte l'histoire de 2200 aviateurs français engagés dans le Bomber Command de la Royal Air Forces qui réalisèrent les bombardements sur les sites industriels de l'Allemagne nazi. Les pertes furent importantes : un aviateur sur deux périt au combat !!! Ce sont les acteurs eux-même de cette épopée qui racontent leur guerre douloureuse. Je les ai rencontrés entre 1993 et 2010. Ce sont des Héros modestes qui "ont fait leur devoir"."



Sur l'image des drapeaux français et anglais flottant au vent : "Hommage aux 2000 français du Bomber Command de la Royal air Force groupes Guyenne et Tunisie 1939-1945". Vue sur des éléments "souvenir" du père du réalisateur, pilote : la maquette et la photo d'un "Halifax" (bombardier qu'il pilotait au sein de la Royal Air Force), et les écussons des groupes Guyenne et Tunisie, et son portrait.

Titre : "Héros sans le savoir", "Film de J.P. Churet, commentaire dit par Claude Py" qui raconte l'histoire des combats et missions du Bomber Command depuis le débarquement des américains en Afrique du Nord le 8 novembre 1942.

Images d'archives, shémas, cartes, photographies, témoignages filmés des anciens pilotes, qui avaient en moyenne 18-20 ans, racontant leur recrutement, leur parcours et missions, les faits marquants, avec une grande précision et émotion.

Les témoins, par ordre d'apparition : Roger Michelon, navigateur ; Louis Guichemerre, mitrailleur ; Jean Caillet, mécanicien ; René Montal, mécanicien ; Raphaël Masson, mitrailleur ; Jean Billaud, mitrailleur ; Emile Richard, mitrailleur ; Solange Venot ; Raymond Pothet, mitrailleur ; Louis Bourgain, pilote ; Jean Bonrepaux et Jean Marechal, mécaniciens ; Louis Hervelin, radio ; Henri Laronze, mécanicien ; Pierre Boe, pilote ; Raymond Juste, mécanicien ; Andrée Veauvy et Jean Veauvy, fille et fils de pilote ; Robert Nicaise, radio ; Marine Bulet-Vignaud, petite-fille de pilote ; Hélène Hautot, petite-fille de pilote ; Jean Chevalier, mitrailleur ; Philippe Balas, petit-fils d'un pilote.



A la fin : cérémonies commémoratives en France à Grandcamp Maisy (Calvados, les plages du débarquement), et à York en Angleterre dans la cathédrale. Puis retrouvailles des anciens pilotes sur la base de Elvington, devenu musée. Chanson de Véra Lynn, "White Cliffs of Dover". Puis commémoration autour du monument d'Elvington. A la toute fin du film, en voix, un vieux pilote dit avec beaucoup d'émotion un poème hommage à Elvington (peut-être un poème de André Broch, pilote de bombardier à la Royal Air Force).

Générique avec tous les noms des pilotes interviewés dans le film.