Fête de Jeanne d'Arc à Chartres sous l'Occupation

05/1943 Réalisé par : Pierre Villiaume En ligne le 07 Nov 2022
Chartres (28)

Ce film a été tourné en mai 1943 (aux alentours du 14 mai), lors de la commémoration nationale de Jeanne d'Arc. Sous le régime de Vichy, seules les autorités religieuses et les autorités administratives étaient autorisées à commémorer Jeanne d'Arc, uniquement par des messes et des dépôts de gerbe. Les cortèges populaires constitués de manière spontanée par la population étaient interdits. Ce film est un montage d'images tournées avec deux ou trois caméras. Il s'agit d'un film officiel commandé par l'Etat à des jeunes cinéastes amateurs de la région Centre.

--

Titre : "CHARTRES". Vue panoramique sur la rue devant la cathédrale Notre-Dame et de nombreux gardes mobile de réserve (futurs CRS) postés sur le trottoir à intervalles réguliers. Portrait de deux gendarmes motards. Le sous-bassement des murs de la cathédrale est entièrement protégé par des balustrades en planches de bois, surmontées de sacs de terre entassés les uns sur les autres (mesures de protection de la cathédrale contre les éclats d'obus ; les vitraux, quant à eux, avaient été intégralement ôtés en 1939). Un groupe de gendarmes encadre une voiture officielle Citroën Traction Avant (immatriculation 7789-FE3, le "FE" correspond au département Eure-et-Loir). Portrait de groupe des gendarmes qui sourient [regard camera].

Séquence lors de la cérémonie religieuse : nombreuses vues sur l'intérieur de la cathédrale, notamment sur deux enfants qui observent les décors sculptés autour du choeur. Puis vue rapide sur Monseigneur Raoul Harsouët, évêque de Chartres [très sombre]. Au premier rang : le garde suisse, le préfet de région, l'invité officiel [très sombre], et un groupe de jeunes hommes en uniforme avec brassard.

Puis sortie de messe : dehors, une affiche sur le portail indique "Wehrm Gotesdiens", ce qui équivaut à "Wehrmacht Gottesdienst", donc "messe de la Wehrmacht". Deux gendarmes, puis le commissaire de police (précisémment, un commissaire principal de première classe), suivi par des hommes s'alignant pour faire une haie d'honneur, qui portent un brassard avec la francisque, emblème de l'Etat Français du Maréchal Pétain. Puis un jeune homme sort de la cathédrale et se faufile sur le côté : il tient un pied de caméra et du matériel de son et de prise de vue (on peut supposer qu'il fait partie du groupe de jeunes réalisateurs ayant tourné ce film ; il est de nouveau filmé plus tard).

Puis, sortie des autorités : le préfet du département d'Eure-et-Loir, Pierre Le Baube (avec les lunettes, et la casquette avec la francisque brodée), et un invité officiel, le Secrétaire Général de la Jeunesse ou bien son délégué (il s'agit peut-être de Felix Olivier-Martin ou son adjoint), puis un sous-préfet (peut-être le Secrétaire Général de Préfecture ou un sous-préfet d'arrondissement). Salut militaire. Pierre Le Baube et le Secrétaire d'Etat montent dans une voiture Renault (peut-être une monaquatre ou celtaquatre), immatriculée 6133-RN2 (correspondant à Paris, département de la Seine).

Les hommes au brassard "francisque" s'éloignent. Des jeunes gens en uniforme sortent de la cathédrale et se réunissent en rang. Ils portent un brassard "Equipes Nationales" avec le logo en forme de croix à l'intérieur d'un cercle (croix celtique) (Les Equipes Nationales ont été créées par le Régime de Vichy, pour faire participer les jeunes volontaires, de 12 à 25 ans, filles et garçons, à la protection des populations menacées par la guerre). Plan rapproché sur un cadre du Secrétariat Général de le Jeunesse (uniforme, béret et lunettes rondes), portant le brassard "Secrétariat général de la Jeunesse". Puis sur le plan suivant, deux hommes faisant également partie du Secrétariat Général de la Jeunesse, probablement les responsables de la délégation régionale (car nous les reconnaissons sur un autre film tourné à Orléans à la même date). Gros plans sur les brassards. Ils se mettent en rang puis en marche. Vue sur trois jeunes filles, en uniforme, peut-être faisant partie d'une section féminine de la Défense Passive, ou des Equipes Nationales, ou un autre groupe de jeunesse comme il en existait de nombreux à cette époque (écusson difficile à identifier).

Séquence au musée des Beaux-Arts,

Plusieurs vues sur la cathédrale puis sur le Musée des Beaux-Arts (ancien Palais épiscopal, devenu le musée des Beaux-Arts en 1939), et la cour où des chaises sont installées. Portrait d'un couple devant le musée : la jeune femme souriant à la caméra est la comédienne qui va incarner Jeanne d'Arc dans le spectacle commémoratif. L'homme à lunettes est peut-être le metteur en scène. Plan suivant : l'homme à la petite barbe à droite, est un comédien du spectacle. L'homme au chapeau est le délégué régional au Secrétariat de la Jeunesse, et les deux autres travaillent avec lui (assisants, membres du cabinet...).

Puis vue sur l'équipe de trois jeunes journalistes et caméra-men. Vue sur une voiture avec remorque, marquée "RN" (peut-être pour "Radiodiffusion Nationale" créé par l'Etat le 29 juillet 1939 ?). Portrait du journaliste et d'un homme qu'il semble interviewer.

Dans la cour, de nombreux enfants et adultes en costume médiéval se préparent pour le spectacle retraçant l'histoire de Jeanne d'Arc. Titre : "Portique pour une fille de France", "Une réalisation des Jeunes de Chartres". (Note : "Portique pour une fille de France, Célébration de la fête de Jeanne d'Arc" est une pièce de théâtre en 10 tableaux de Pierre Schaeffer et Pierre Barbier avec composition musicale de Yves Baudrier, Leo Preger et Olivier Messiaen. Ce spectacle a été créé en 1941 en zone Sud à Lyon, Marseille, Toulouse par une association culturelle "Jeune France", et jouée dans plusieurs autres villes).

Les familles entrent dans la cour. Sur le portail, un message écrit en français [illisible] et en allemand : "Die Anlage ist säglich von ... bis ... geoffnet nur für Fussgänger" (L'installation - ou le jardin - est ouvert de ... à ... uniquement pour les piétons).

Gros plans sur le Secrétaire d'Etat (très nets et sous deux angles de vue), encadré par les deux préfets, s'adressant à un homme à l'entrée (on ne le voit que de dos mais on reconnaît le délégué régional au Secrétariat de la Jeunesse et son assistant).

Dans l'enceinte du parc, les jeunes gens des Equipes Nationales sont en ligne pour former une haie d'honneur. Un groupe d'autres jeunes gens entre : ils portent les brassards à la francisque. Devant le musée, à l'entrée, plusieurs gendarmes sont alignés.

Panoramique sur la cour où de nombreux spectateurs sont installés. Gros plan sur le Secrétaire d'Etat puis gros plan sur le sous-préfet puis sur le préfet Pierre Le Baube, aux côtés de Monseigneur Raoul Harsouët, évêque de Chartres, lui-même discutant avec le délégué régional au Secrétariat de la Jeunesse. Le spectacle commence avec une procession d'enfants de choeur (peut-être les enfants de la Maitrise de Chartres ?). Ils montent sur la scène installée dans la cour.

Montage de nombreuses vues sur le spectacle : gros plans sur les comédiens sur scène, plans d'ensemble et en plongée depuis les étages du musée... (avec deux ou trois caméras). Avec notamment l'entrée en scène de petits garçons qui se font battre, puis de petites filles qui dansent en ronde.

Commentaires

Mon grand-père, Paul Xavier Chodkiewiez, Délégué Régional au Secrétariat d’Etat à la Jeunesse, apparaît aussi dans ce film de Villiaume tout particulièrement
de 11:25 a 11:33 assis dans la Cathédrale à côté d’un prelat (de qui s’agit-il?) avec qui il discute… La famille Chodkiewiez habitait Orléans à l’époque après avoir vécu dans le Cher (La Guerche, en zone occupée) ou mon grand-père était juge de paix… Toutes informations les concernant sont les bienvenues. Merci!

Portrait de Olivier Fourel

Nous n'avons malheureusement pas plus d'informations.
C'est d'ailleurs vous qui, une nouvelle fois, enrichissait nos documents de ces données. Et nous vous en remercions.

00:25 Avec leur casque ce sont des GMR (Garde Mobile de Réserve) qui deviendront les CRS en 1944
http://amicale-police-patrimoine.fr/Catalogue%20Uniformes%20CRS.html

Portrait de Olivier Fourel

Merci beaucoup pour cette indication.

J’ai participé à ce spectacle avec mon école (institution Guery)ronde des petites filles.L’eveque est monseigneur Harscouet( Évêque du diocèse de Chartres pendant cette période.Je pense que le danseur est peut être monsieur Serry? de l’Opera deParis?,

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Votre message sera envoyé aux équipes de ciclic et ne sera alors pas publié sur le site
- +
Insérer
Ajouter un timecode