Georges Mathieu peint pour l'Apocalypse

1960 Réalisé par : Joseph Foret En ligne le 01 Feb 2022
Paris (75)
[Droits exclusifs à la Ville d'Issoudun] Ces images sont des rushes du film amateur "l'Apocalypse de Saint-Jean", qui retrace l'histoire de la réalisation de l'oeuvre collective "L'Apocalypse de Saint-Jean", livre-monument unique conçu en 1959 par l'éditeur d'art Joseph Forêt avec la collaboration de nombreux artistes et écrivains. Gros plan sur une oeuvre de Georges Mathieu, réalisée avec des encres de différentes couleurs, et sur sa signature au-dessus de la date "60". Joseph Forêt arrive devant l'immeuble de Mathieu, dans le quartier d'Auteuil à Paris. Gros plan sur le numéro "11 bis". Joseph Forêt tient un parchemin, provenant de la parcheminerie Bodin-Joyeux de Levroux, clouté sur un panneau de bois. Georges Mathieu ouvre la porte, il porte un kimono jaune satiné. Puis il est assis à son grand bureau, devant le parchemin, sur lequel Joseph Forêt semble montrer les dimensions des pages du futur livre (à savoir : 65 sur 75 cm). Mathieu trace des marques au crayon puis sort ses porte-plumes et ses encriers. Il plonge une plume dans un encrier, se lève et trace un trait. Puis portrait de Joseph Forêt filmant avec sa caméra Beaulieu R16. Gros plan sur un début de composition de Mathieu, au lavis d'encre violet, sur un nouveau parchemin. Joseph Forêt tourne autour de Mathieu avec sa caméra. Mathieu fait des pauses, réfléchit, trace, se penche, observe. Joseph Forêt le photographie. Puis les deux hommes regardent un autre parchemin vierge, se serrent la main. Plan dans les escaliers : Mathieu montre une pochette où il a écrit "Apocalypse" puis monte l'escalier. Vues sur des photos de lui ou de ses oeuvres posées sur sa cheminée, derrière des santons et des petites voitures de collection, puis un buste de Voltaire tourné face au mur. L'artiste est allongé sur son lit, consulte un livre (probablement la bible), et observe de nombreuses épreuves étalées sur le lit. Il aurait réalisé 30 gravures pour en choisir 3 pour l'Apocalypse. Puis il est assis sur une chaise devant une fenêtre et semble réfléchir. Joseph Forêt le rejoint et les deux hommes discutent en observant une plaque de cuivre gravée par Mathieu. De nouveau sur son lit, il superpose ses gravures devant une lumière et observe la composition apparaissant à la manière de calques.

Commentaires

La porte de l'immeuble du n°11 bis Avenue Léopold II n'a pas changé avec ses petites ferronneries.

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Votre message sera envoyé aux équipes de ciclic et ne sera alors pas publié sur le site
- +
Insérer
Ajouter un timecode