• 0
  • 0 vote
Publié le 30 Octobre 2018

La récolte du maïs en Région Centre-Val-de-Loire

La moisson du maïs, bien précoce cette année, se termine déjà en cette fin d'octobre. C'est l'occasion pour Ciclic de faire le tour de la région Centre Val-de-Loire et de récolter, parmis nos graines de cinéastes, les images témoignant de cette activité agricole automnale.

Avec ses 25000 exploitations agricoles réparties principalement en élevage bovin, caprin et volailles, culture céréalière et viticulture, la Région Centre Val-de-Loire compte 60% de surface agricole. Alors que le maïs est introduit en France dès le 16ème siècle mais reste réservé aux territoires du sud, sa culture ne se développe réellement que dans les années 1950 et 1960 en gagnant les régions du centre et du nord de la Loire, accompagnée par les grands moyens réunis pour reconstruitre la France au lendemain de la guerre. La création de l'INRA en 1946 (Institut National de la Recherche Agronomique) et le plan Marshall lancé en 1947 permettent des innovations et progrès techniques de grande ampleur.

 

 

 

Concernant la culture du maïs, la création d'hybrides précoces (franco-américains) permettent à la culture du maïs de franchir la Loire, comme nous l'explique Denis Pichot qui filme son père André, agriculteur et sélectionneur à Bazoches-en-Dunois, en Beauce. C'est grâce à cette variété de maïs, adaptée aux climats plus froids du nord de la Loire, que son père a développé cette culture en parallèle de ses recherches sur le blé.  

 

Le maïs-grain en Beauce

Ce maïs, cultivé pour son grain et destiné à la production de semences ou l'industire agro-alimentaire, doit être séché après la récolte. Deux méthodes  sont ici présentées. Dans les films de Denis Pichot et Maurice Crespin, le stockage dans des silos-cages étroits, appelées les "cribs", permet le passage de l'air et le séchage des épis naturellement. Les épis doivent être égrénés quand le taux d'humidité a baissé aux alentours des 15%. Ce maïs est récolté par des "corn-pickers" ou cueilleurs qui séparent les épis de leur tige. Le séchage en cribs dure environ 6 mois et quand les épis sont assez secs, ils sont égrénés avec une batteuse (ou égreneuse), comme dans le film de Denis Pichot. Dans le film de Maurice Crespin tourné à Lutz-en-Dunois, le corn-picker est encore attelé au tracteur. Alors qu'à la ferme d'Echainvilliers dans le Loiret, Jean Voiturin utilise une moissonneuse auto-portée équipée d'un cueilleur, dès la fin des années 60.

Dans le film réalisé par l'Union de Blois, les équipements sophistiqués de cette coopérative agricole permettent le séchage des épis en machine, directement après récolte. Le grain sert ici pour la production de semence fourragère et peut être rapidement conditionné en sacs et vendu. Dans les années 1950, l'Union de Blois fait partie des premiers établissements producteurs de semences en France.

 

Le maïs-ensilage en Champagne berrichonne

Le premier maïs à être récolté dans l'année est le "maïs fourrage" ou "maïs ensilage", servant à l'alimentation des bêtes, car il doit être encore assez humide. La plante est fauchée en entier et broyée par ce qu'on appelle communément une ensileuse, comme dans le film de Jean Chaudron tourné à Graçay.
Puis la plante est tassée et couverte pour ne pas laisser passer l'air qui dégraderait la plante. La méthode la plus courante est l'ensilage dans des silos-couloirs comme dans le film de Robert Clair tourné à Theillay, où un tracteur-tasseur passe sur le fourrage.
 
En champagne berrichonne, l'élevage occupait encore une grande partie de l'activité agricole dans les années 1950 et la production de plantes fouragères permettait l'autonomie des éleveurs sur l'alimentation des bêtes. A la ferme des Grandes Chapelles de Brion, Hector Gablin confectionne une meule d'ensilage avec un système ingénieux importé d'Italie, qui tassait le fourrage par des rouleaux tournant autour d'un mât, pendant que la taule cylindrique était hissée au fur et à mesure que la meule s'élevait. Le fourrage ainsi compacté pouvait nourrir les vaches laitières de la ferme pendant tout l'hiver.