• 0
  • 0 vote
Publié le 3 Mai 2017

Pêche à l'alose dans la Loire

En 1987, Raymond Girault est le dernier pêcheur professionnel de Bréhémont, en Indre-et-Loire. Serge Brosseau, cinéaste amateur, le filme lors de l'une de ses sorties sur la Loire pour une pêche tout à fait particulière : la pêche à l'alose

Serge Brosseau est né en 1942 à Tours. Il exerce le métier de tisseur en soie avant de travailler pour la fonction publique. Il commence à tourner des films en Super 8 au début des années 1970 puis en Hi-8. Il filme aussi bien la vie de sa famille que les évènements locaux en lien avec le patrimoine ligérien de Bréhémont, notamment la culture du chanvre dans le cadre de l'association "Les Rouissons de Bréhémont".Cette pêche se déroule en avril/mai 1987 au lieu-dit "Les Batailleaux" (à la limite de Bréhémont et de la Chapelle-aux-Naux). Raymond Girault, pêcheur professionnel de père en fils, de son surnom "P'tit Matelot", est levé ce jour-là dès 5 heures du matin. Après avoir vérifié la météo, son premier souci est d'aller observer le niveau d'eau de la Loire. Il rejoint ensuite en barque motorisée sa "toue cabanée" avant de se lancer dans la pêche.

Par "toue cabanée", on entend le bateau et sa cabane placée vers l'arrière dont la particularité est de servir à la fois de pièce à vivre, de cuisine, de chambre, de réserve et surtout de poste de travail. La cabane dispose à l'avant gauche d'un orifice pour le passage de la sonnette, une petite fenêtre vers l'avant ainsi qu'une tablette et un treuil.

L’alose est un poisson pélagique qui fait partie de la famille des poissons les plus consommés dans le monde comme les harengs, sardines et menhadens. D'avril à juin, l'alose remonte le cours des fleuves côtiers et de leurs affluents de la façade atlantique française pour s'y reproduire. Les aloses ne séjournent pas longtemps en eau douce. Quelques mois après leur naissance, les jeunes alosons prennent déjà la route de l'estuaire.

Raymond Girault utilise la méthode traditionnelle de la pêche au filet barrage au moyen d'un carrelet. Le carrelet, déroulé et maintenu au fond de la Loire, est un grand filet mobile rectangulaire, prolongé d'un cordage et d'un contrepoids. Sur la surface supérieure du filet, une soixantaine de fils sont attachés et reliés à une cordelette, avec à l'extrémité de celle-ci, la sonnette (ou billette) tenue entre les doigts du pêcheur. Si un poisson passe dans ce piège, il frôle l'un des fils. La tension exercée se ressent dans les doigts du pêcheur. C'est la touche ! Au même moment le pêcheur remonte le carrelet par une poussée sur le levier du treuil. Il faut faire vite car une alose ne se fait pas reprendre.

"P'tit matelot" dispose aussi d'un petit four appelé le « cagnard », sorte de réchaud à braise, qui sert à la fois pour faire cuire le poisson mais aussi pour chauffer la cabine lors des pêches d’hiver.

Né le 21 novembre 1927, Raymond Girault (fils) est décédé le 5 décembre 2000. Il avait arrêté la pêche professionnelle en 1988.