• 0
  • 0 vote
Publié le 18 Octobre 2019

Les fines gaules du Cher ou la pêche au burlesque !

À côté des concours de pêche traditionnels et sérieux, il existe des pêcheurs du dimanche pas toujours chanceux. Le cinéaste amateur, André Tinat, vous propose une fiction, mettant en scène deux fines gaules !

"Les fines gaules" est le titre de cette fiction tournée en 1978 dans le Cher à Saint-Doulchard et ses environs, par André Tinat. Une gaule, désigne au XIVe siècle une longue perche ayant divers usages, mais dont on pouvait se servir de canne à pêche. Ce terme s'est ensuite élargi, pour créer l'expression "plier les gaules", ranger son matériel quand son travail est terminé.

Tout commence au son des cloches de l'église de Saint-Doulchard, avec comme toute bonne comédie, une première scène dans l'épicerie bistrot rue de Veauce, transformée depuis en boulangerie pâtisserie. Les deux acteurs principaux rivalisent d'exagérations sur leurs derniers exploits de pêcheurs, sous les regards narquois des clients. Rendez-vous est pris dès potron-minet pour une partie de pêche dans l'étang de la Mouline à St Eloy-de-Gy, qui leur réserve moultes péripéties.

S'en suit une série de gags et blagues comme l'accident de 2CV en pleine campagne, les chutes à répétition d'un des pêcheurs dans l'étang, qui finit nu se couvrant le corps de branchages, suivi de près par son ami légèrement alcoolisé ... Nous vous laissons découvrir comment nos deux compères ont réussi à sauver l'honneur des pêcheurs face aux remarques narquoises de leurs amis du bistrot l'Espérance !

Le film sonorisé en postsynchronisation avec dialogues pimentés, bruits d'ambiance et musiques d'époque, comme le fameux Pop Corn du groupe Hot Butter, rajoute à l'ensemble une vraie connotation 1970 !

André Tinat est né en 1934 à Bourges et vit toujours à Saint-Doulchard. Il travaille à l’Aérospatiale de Bourges en tant qu'agent de maîtrise pour la fabrication des missiles, de 1957 jusqu'à sa retraite en 1992. Très jeune, il se passionne pour la photographie et la prise de vue et en apprend les rudiments au Photo-club du Berry rue Joyeuse à Bourges. Il commence à filmer avec une caméra Bauer super 8 puis avec une double super 8 la Royal Bauer. Il s’équipe ensuite de tout le matériel nécessaire au tournage, montage et à la projection. Il fait parti du club cinéma de l’Aérospatiale créé en 1962 par un certain monsieur Claireau qui tournait en 9.5mm. Chaque année le club organise une projection des films de ses membres et dont il finance la réalisation. André Tinat imagine de petites fictions, qu'il tourne dans son quartier, voir à son domicile, avec ses collègues de travail ou sa famille, comme le film Meurtre, ou ce joli portait d'automne avec un gros plan de début et de fin sur l'éclosion d'un nénuphar dans Automne 

Voir le film original