• 0
  • 0 vote
Publié le 11 Juillet 2018

La tonte des moutons à Giroux

Le mouton est présent depuis très longtemps dans le Berry et en Champagne Berrichonne. Il a constitué à une certaine époque la principale source de revenus pour les éleveurs. Ainisi, année après année, depuis bien longtemps, se répète un immuable rituel : la tonte. Retour en images sur cette pratique grâce au "cinéaste-agriculteur" Michel Chappuis à Giroux dans les années 1980.

Né à Tunis en 1945, Michel Chappuis devient d'abord technicien de bureau d’étude avant de s'intaller comme agriculteur à Giroux en 1977. Il commence à tourner des films en amateur dès les années 1960 en 9,5 mm, puis en Super 8 à compter de 1979, et enfin en vidéo. Il filme les évènements familiaux mais aussi ceux de son village, Giroux, (notamment les fêtes nautiques organisées jusqu'à la fin des années 1980 dans le bourg) et la vie de son exploitation agricole.

En 1977, Michel Chappuis était agriculteur à Giroux, en Champagne Berrichonne. Son exploitation était située au lieu-dit « Pont Bordat », à environ deux kilomètres à l’Est du bourg de Giroux. C’était une exploitation céréalière de 165 hectares. Il possèdait également un petit cheptel de brebis et un bélier qu'il tondait tous les ans au printemps. Dans les années 1980, la vente de la laine n'est plus rentable mais il continue de les tondre pour l'hygiène et le confort des bêtes.

La tonte est en effet une condition du bien-être de l'animal car la laine du mouton est une fibre dont la pousse est continue. La tonte intervient au moins une fois par an pour éviter que le mouton ne se retrouve enveloppé d’un cocon de laine feutrée, sale, humide et moisie. Elle est donc indispensable pour l’hygiène et la bonne santé du mouton.

La séquence dans le film de Michel Chappuis se déroule dans la cour de l'exploitation agricole de M. Sauger (lui aussi céréalier à Giroux). Chaque année M. Sauger faisait venir deux professionnels de la tonte de moutons : Pierre et Bernard Moulin de La Champenoise, commune située entre Levroux et Saint-Valentin.

Si l'on observe attentivement les images, on se rend compte que les tondeurs vont très vite. Ils maîtrisent la technique de tonte et la contention de l'animal. C'est ce qui explique que ce sont souvent les tondeurs les plus rapides qui effectuent la tonte la plus propre, sans déprécier la laine et sans couper la peau. Un bon tondeur va vite, ne coupe pas la peau de l’animal et, s’il effectue bien son travail, obtient une toison complète d’un seul tenant.

Après la tonte, il est recommandé de mettre les moutons à couvert pour éviter les coups de soleil (d’où l’intérêt de tondre les bêtes au printemps). En été, les moutons se portent mieux avec moins de laine mais il faut qu'ils soient recouverts d'un minimum de laine (quelques mois de repousse) pour se protéger de la chaleur.

Voir le film original