• 0
  • 0 vote
Publié le 12 Septembre 2018

La féculerie de Sours en Eure-et-Loir

Pendant près de 100 ans, la féculerie de la famille Prevosteau, à Sours, était connue dans la région pour les nombreux emplois qu'elle générait. L'un des employés et membre de la famille, Michel Dessus de Cérou, était également cinéaste amateur et a filmé les étapes de la culture des pommes de terre et les livraisons à la féculerie. 

 

Né en 1914 à Paris, Michel Dessus de Cérou suit des études de droits et s'initie au cinéma amateur avec un groupe d'amis étudiants et scouts. Puis il s'installe en Beauce vers 25 ans et devient agriculteur à la ferme d'Augerville (Prunay-le-Gillon), où il épouse Marie-Louise Prevosteau, petite-fille de Marcel Prevosteau, fondateur de la féculerie. De temps à autre, il organise des projections dans la grange de la ferme, de films qu'il a tournés sur les évènements familiaux et locaux, comme ces images de la plantation des pommes de terre jusqu'à leur livraison et pesée à la féculerie.

La féculerie de Sours a été créée par Marcel Prevosteau sur le hameau de Chandres, à la toute fin du 19ème siècle. Marcel Prevosteau était également maire de Sours. Son fils Fernand Prevosteau est resté longtemps président de l'entreprise et a reçu la légion d'honneur dans les années 1950 pour son engagement dans la création d'emplois qu'elle générait.

 

Une féculerie produit de la fécule par extraction de l'amidon des pommes des terre. Elles sont lavées, râpées, puis la fécule est extraite par décantation puis mise à sécher dans un calorifère et enfin conditionnée en sacs. Elle était vendue à l'industrie textile et la pâtisserie. Aujourd'hui, la fécule est majoritairement utilisée dans l'industrie agro-alimentaire et pharmaceutique.