• 0
  • 0 vote
Publié le 11 Octobre 2019

Inauguration de l'école à Tournon-Saint-Martin en 1939

En ce beau dimanche 18 juin 1939, un événement anime la petite commune de Tournon-Saint-Martin, dans l'Indre .... L'inauguration de son groupe scolaire, par un ministre ! Le cinéaste amateur Jean Grateau a immortalisé cette journée. 

L'hebdomadaire "La Voix du Centre", installé dans ses locaux de la Ville du Blanc, l'a déjà annoncé dès février 1939, Monsieur Georges Bonnet, actuel ministre des affaires étrangères, sous le gouvernement d'Edouard Daladier et député radical socialiste de Dordogne, sera là pour l'inauguration ! Le ministre n'a fait que répondre positivement à la demande d'Albert Chichery, lui-même président du groupe radical socialiste de la Chambre et député de L'Indre, dont le destin va basculer à la Libération. Pour sa venue, monsieur Dumiet, maire de Tournon-Saint-Martin, mobilise toute la population pour décorer et animer cette journée de liesse dans cette période bien sombre pour le pays. Le sénateur de l'Indre et président de l'Assemblée départemental, Paul Benazet est également de la fête.

Les premières images du film sont une danse de chapeaux, sourires, accolades, entre tous ces officiels qui se congratulent et se saluent, sous les couronnes et guirlandes de fleurs. Au son de la fanfare de Tournon-St-Martin, le cortège prend ensuite la direction de la mairie pour les allocutions qui démarrent par celle de monsieur le Maire. 

S'ensuit le moment de recueillement devant le monument aux morts de la première guerre, avec une vue de la devanture du magasin "Cycles Motos" dans lequel devaient se vendre les cycles et motocycles Dilecta créés par Albert Chichery et qui connut un développement important suite à son rachat en 1935, de la marque De Dion-Bouton. La matinée se poursuit par l'inauguration officielle des bâtiments et une vue du ministre coupant le ruban, entouré de la foule endimanchée. Le groupe scolaire en fonctionnement depuis quelques temps se situe rue du Petit Paris. Les travaux commencés en 1937 sous la direction de l'architecte Monsieur Silbert également maire de Lurais, se sont terminés en avril 1938. L'école est composée de trois classes, d'une cuisine et salle de cantine, de logements pour les instituteurs, de douches et d'un préau entièrement clos.

Les dernières images sont sombres car tournées en intérieur, avec une vue au loin derrière un micro d'un orateur qui semble bien être Georges Bonnet lui-même, lors de son allocution tant attendu par la population.

"La Voix du Centre" a retranscrit en substance, dans la semaine qui a suivi, le contenu de chacun des discours, avec dans l'ordre de prise de parole : monsieur Dumiet, le maire de Tournon, monsieur Autheward, inspecteur d'académie, monsieur Rolinat député de la Châtre, messieurs Chichery et Benazet et pour finir le ministre des affaires étrangères Monsieur Georges Bonnet.

En fin de journée, un grand bal buffet est offert aux habitants dans la salle du restaurant "Au Champ de Foire" où travaille justement la maman du réalisateur. On peut imaginer que, réquisitionné pour le service, Jean Grateau a dû abandonner sa caméra pour un plateau d'assiettes et couverts !

Jean Grateau est né en 1915 à Tournon-Saint-Martin où son père est maréchal ferrant et sa mère restauratrice au "Champ de Foire". Il fait toute sa carrière de médecin à Cour-Cheverny , dans le Loir-et-Cher, jusqu'à sa mort en 1995. Il s’honore d'un passé de résistant en tant que médecin des maquisards de janvier 1943 à novembre 1944. Puis élu au conseil municipal de Cour-Cheverny il en sera le maire de 1970 à 1989 avec une implication dans les associations à la fois médicales et culturelles de sa commune et du département. Il fut entre autre président du syndicat des médecins du Loir-et-Cher, médecin du corps des sapeurs-pompiers, administrateur de la Mutuelle médico-chirurgicale du Loir-et-Cher. Il s’intéresse très tôt aux nouvelles techniques de l'image et filme dès la fin des années 1930 en 8mm et Super 8 des événements locaux comme cette journée du 18 juin 1939 et plus tard des scènes de famille.

Voir le film original