• 0
  • 0 vote
Publié le 21 Novembre 2016

Bénédiction de chiens à la Saint-Hubert

Chaque année en novembre, la plupart des équipages de France célèbrent donc Saint Hubert au cours d'une messe dite pour l'équipage, ses chiens et tous ceux qui les entourent tout au long de la saison. Selon les équipages et les années, cette messe est dite en extérieur, dans des petites églises de campagne ou encore dans des lieux remarquables situés généralement en bordure de forêt.

La Saint Hubert est pour les veneurs l'occasion d'honorer leur saint patron et de solliciter de lui bienveillance et protection. Hubert, né vers le milieu du 7ème siècle, était le fils d’un duc d’Aquitaine dont la famille était de la lignée des rois mérovingiens. Il vouait une passion sans borne pour le "noble déduit" (chasse aristocratique), passion qui le poussa à chasser en forêt des Ardennes le Vendredi Saint de l'an 683. Lorsque le cerf qu'il avait couru et forcé avec sa meute fit face aux chiens, la croix du Christ apparut entre ses bois, signe évident de ce que Dieu lui reprochait. Repenti, il s'engagea dans la vie monastique. Deux très belles sculptures de bois évoquant cette figure mystique se trouvent au Château de Chambord, elles furent utilisées par Jacques Demy dans «Peau d’âne» en 1970.

Cette messe suit de manière immuable la liturgie et se trouve ponctuée par des moments plus "vènerie" tels que la présentation du pain béni selon la procession des offrandes ou la bénédiction de la meute, tout le kyriel (kyrié, sanctus, élévation, sortie de messe) étant sonné par des trompes de chasse. Le solennel de cette cérémonie, les couleurs vives qui l’accompagnent, la lumière automnale lorsque le soleil est de la partie en font un moment cinématographique qui n’échappa pas à Guy Magdelein, cinéaste amateur passionné, catholique pratiquant et attaché aux traditions de son terroir. Nous sommes ici à Nançay, en Sologne, terre de chasses, au nord de Bourges et de Vierzon.

Il y a quelques temps, un prêtre sarthois n'a pas béni la meute de chasse à courre après une messe de la Saint-Hubert. Il s'est expliqué qu'il ne fallait voir là aucun parti-pris écologique et en précisant "Je bénis les fils de Dieu. Pas les chiens". Si le sujet vous intéresse, les collections de Ciclic comportent d'autres films amateurs que nous vous proposons ci-dessous.