• 0
  • 2 votes
Publié le 28 Octobre 2010

Le singulier voyage de Notre-Dame de Boulogne

L’histoire remonterait au Moyen-âge...

Au VIIe siècle, une barque conduite par une statue en bois de la Vierge Marie accoste sur le rivage de Boulogne-sur-mer, tout au nord de la France. Une église est alors édifiée sur les lieux de cette "apparition miraculeuse" pour abriter la statue. Aux  XIIe et XIIIe siècles, Boulogne devient une étape majeure sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle et attire des foules de pèlerins. Mais la statue est brûlée lors de la Révolution.

"Le Grand Retour de Notre-Dame de Boulogne à travers la France (1943-1948). Essai d'interprétation" de Louis Perouas - Archives des sciences sociales des religions, 1983.
>> extraits disponibles sur www.persee.fr

Notre-Dame de Boulogne réapparaît pendant la Seconde Guerre mondiale. Portées de paroisse en paroisse, quatre reproductions de la statue sillonnent la France de 1943 à 1948 de Lourdes à  Boulogne-sur-Mer. Ce voyage spectaculaire est orchestré par l’Eglise catholique qui veut ainsi provoquer un élan de retour à la foi et de conversions. En jouant sur les différents sens du terme, ce pèlerinage du "grand retour" désigne le retour de la statue à Boulogne et le retour à la foi. Dans une France meurtrie par le conflit, les habitants y voient une troisième signification : le "grand retour" des prisonniers de guerre retenus en Allemagne et des travailleurs du STO, et le retour de la paix.

Dans le nord de la région Centre, cet appel à la paix est particulièrement vif car la statue arrive au moment de la Libération. A Lussault-sur-Loire, elle passe le 14 juillet 1944, soit quelques jours seulement avant que le village ne soit libéré. Et à Pithiviers, elle fait étape en mai 1945, juste au moment des fêtes de la Victoire... 

Vous possédez, vous aussi, des images du singulier voyage de cette statue mariale à travers les paroisses de la région ? Confiez-nous vos bobines !