• 0
  • 1 vote
Publié le 3 Septembre 2012

La mémoire vidéo de la Maison de la Culture de Bourges

La Maison de la Culture de Bourges (MCB), créée en 1963, se dote dans les années 1970 d'un Atelier Création Vidéo qui, durant trente ans, filme toutes ses activités. Grâce au Plan National de Numérisation, mis en place par le Ministère de la Culture, ces documents sont maintenant visibles sur le site Mémoire.

Les Missions de l'atelier

Les vidéastes de l'Atelier Création Vidéo filment avant tout les concerts, les ballets, les pièces de théâtre montés sur la scène de la Maison de la Culture de Bourges, y compris les répétitions et les ateliers. En dehors des spectacles, les réalisateurs enregistrent également les commémorations, comme les 30 ans de la MCB, les inaugurations, discours, hommages, expositions et tous les évènements importants qui jalonnent l'existence de la Maison de la Culture.

Des films comme des fenêtres ouvertes sur un théâtre "en chantier"

Le travail de création théâtrale est particulièrement bien documenté grâce aux films tournés par l'Atelier Création Vidéo. A partir de 1981, l'Atelier Théâtre National de la MCB accueille chaque année en résidence des metteurs de scènes qui travaillent puis présentent leur pièce. 300 films sont répertoriés qui permettent d'assister à l'éclosion des spectacles. 

En 1989 par exemple, Jean-Marie Broucaret répète et met en scène la tragédie de Ramon del Valle-Inclan "Divines paroles". En 1983, Gilles Bouillon (actuel directeur du théâtre de Tours) s'attaque à Shakespeare avec "Le Marchand de Venise". Henri Massadau, directeur de la MCB de 1982 à 1998, met en scène "En attendant Godot" de Samuel Beckett en 1991.

Dans un entretien tourné par Ciclic en 2012, Jeanne Champagne, directrice de la Compagnie Théâtre Écoute se souvient des opérateurs de la MCB, filmant les répétitions, les conférences. Sa Compagnie a été associée à la Maison de la Culture de Bourges de septembre 1992 à décembre 1997. Cette période sera très prolifique pour la compagnie avec de nombreuses créations : "Penthésilée" d'Heinrich von Kleist dont une des jeunes amazones, Suliane Brahim, est actuellement pensionnaire à la Comédie Française ; "L'Enfant" de Jules Vallès ; "Été" d'Edward Bond, pièce autour de laquelle de nombreuses animations culturelles seront mises en place et filmées par l'Atelier Vidéo.


La MCB abrite aussi une école de théâtre. Les cours, répétitions et créations des élèves sont filmés. Et nous pouvons ainsi découvrir les premiers pas de comédiens devenus professionnels.

Les débuts du Centre Régional de la Chanson 

Un Centre Régional de la Chanson est créé à Bourges en 1982, hébergé par la MCB. Alain Meilland en
devient immédiatement le directeur. Dans un film de 1984, produit par l'Atelier Création Vidéo, il explique les missions de cet outil régional. Un film mettant en scène le projet "La Voix des Mots", témoigne d'une partie de ce travail : nous y suivons des lycéens éveillés à l'écriture de la poésie. En 2012, Alain Meilland  revient pour Ciclic sur ses années passées à la MCB.

La sauvegarde des archives de la Maison de la Culture de Bourges

En 2009, après un demi-siècle de bons et loyaux services, l'établissement manquant de modernité, un important projet de restructuration a été mis en place par la ville de Bourges. En 2010, la MCB devient un EPCC (Établissement Public de Coopération Culturelle).

Pour sauvegarder sa mémoire audiovisuelle,  la MCB dépose aux Archives départementales du Cher près de 2000 vidéos. Dans un entretien accordé à Ciclic en 2012, Xavier Laurent, directeur des Archives départementales, explique sa décision de confier au Pôle Patrimoine de l'agence CICLIC à Issoudun la conservation, la numérisation et la valorisation de cette mémoire filmée du théâtre de Bourges. Dans un premier temps, les films sont transférés dans les locaux de conservation d'Issoudun, afin d'en établir un inventaire précis. Une fois répertoriés, 300 films concernant le spectacle vivant des années 1980 et 1990 ont été sélectionnés, visionnés et documentés par CICLIC afin d'être mis en ligne sur le site Mémoire.

Cet ensemble de films a été numérisé dans le cadre du Plan national de numérisation du Ministère de la Culture. Initié en 1996, le Plan national a d'abord permis d'aider à la numérisation des fonds iconographiques et sonores appartenant à l'Etat. Depuis 2000, il est également ouvert aux collections des collectivités territoriales, des fondations et des associations.