• 0
  • 1 vote
Publié le 27 Juin 2018

Ernest Nivet, sculpteur dans le Berry

Ernest Nivet est né en 1871 à Levroux (Indre), d’ascendance paysanne et d’une fratrie de cinq enfants, il participe très tôt aux travaux des champs avec les adultes. Beaucoup plus tard, artiste reconnu, c’est dans ce monde paysan dont il s'est émancipé qu'il puisera son inspiration.

 

Après un apprentissage prometteur chez un tailleur de pierres à Châteauroux et des cours du soir à l’Ecole municipale de dessin, sous la houlette de Jean-Baptiste Bourda, il quitte en 1891 le Berry pour Paris où l’attendent de nombreuses difficultés matérielles avant qu’il ne bénéficie d’une bourse de sa ville natale.

Accepté à l’École des Beaux-Arts, dans l’atelier d’Alexandre Falguière qui le déçoit, il entre à l'atelier d'Auguste Rodin comme praticien. Il y devient l'ami du sculpteur François Pompon et de Camille Claudel, mais supporte mal la vie parisienne, le rythme infernal imposé par Rodin à ses disciples.

Il choisit la liberté et rentre s'installer dans son Berry natal.

Ernest Nivet atelierErnest Nivet tira un énorme profit des enseignements de Rodin, même si les rapports entre le maître et l’élève étaient difficiles, il apprit à ses côtés la science du modelé, développa une connaissance parfaite de l’anatomie et maîtrisa la taille du marbre. Mais ses recherches personnelles se trouvèrent limitées de fait à quelques études de paysans, exécutées lors de brefs retours à Châteauroux.

Son travail personnel a pour sujet la vie rurale, comme le célèbre « Berger couché » installé à Châteauroux ou « Le Berger couché sur le ventre » place de la mairie à Levroux, mais plusieurs municipalités lui commandent des monuments aux morts. Ceux de Buzançais (1900) et d’Issoudun (sur concours en 1909 et inauguré en 1911) sont consacrés aux morts de la guerre de 1870, ceux de Levroux (1922), d’Eguzon et de La Châtre (1923), de Châtillon-sur-Indre (1925) et de Châteauroux (en 1932 et 1937) commémorent l’hécatombe de la Grande Guerre de 14-18. Le message porté par Nivet est pacifiste, loin des propos nationalistes des partisans de la revanche, les monuments sont plutôt l’expression de la douleur paroxystique.


Nivet film LimousinJoseph Limousin filme l'inauguration du monument aux morts 14-18 communal de Châteauroux le 31 janvier 1937. C'est le second que Nivet crée à Châteauroux, le premier avait été commandité par le département de l'Indre. Le spectateur averti peut reconnaître furtivement Ernest Nivet dans son manteau sombre, un peu détaché de la conversation des deux hommes près de lui, il regarde soudainement la caméra (vers 2:06). Joseph Limousin, filme sept années plus tard une prise d'armes par le maquis place de la Victoire des Alliés, six femmes habillées en "Marianne" et symbolisant la République française, posent devant le monument aux morts de 14-18 de l'Indre, "Les pleureuses" qui avait été inauguré le 6 novembre 1932 (vers 3:45).

 

Une exposition fut consacrée à Ernest Nivet au Château d'Ars en 2011, Pascal Guilly a réalisé en 2014 un documentaire très complet sur cet artiste berrichon, le film fut produit par TGA productions (Tours) avec l'aide de Ciclic et de Bip Tv (Indre). Un diaporama de photos des statues d'Ernest Nivet, réalisé par le passionné Pascal Guilly,  permet d’avoir un aperçu de l'œuvre de cet artiste qui mourut en 1948.