• 0
  • 0 vote
Publié le 10 Janvier 2018

Raymond Gesell, cinéaste amateur à Argenton-sur-Creuse

Raymond Gesell, artiste-peintre, photographe professionnel et cinéaste amateur, a laissé derrière lui un magnifique corpus de films 9,5 mm tournés dans le pays d'Argenton-sur-Creuse entre 1945 et 1955... autant de témoignages filmés au sujet d'évéments, petits ou grands, qui ont marqué la vie argentonnaise de l'après-guerre.

Raymond Gesell est né le 12 octobre 1912 à Paris. Il suit une formation aux Beaux-Arts de Paris. Son professeur n'est autre que Fernand Hertenberger à la fois illustrateur, dessinateur, graveur et peintre, qui possède une maison à Saint-Benoit-du-Sault, dans l'extrême sud de l'Indre.

Au moment où la guerre éclate, Raymond Gesell vit encore à Paris. Il s'y marie en 1942 et il est ensuite envoyé en Allemagne. Début 1943, il obtient une permission et il en profite pour revenir à la capitale. Son professeur, Fernand Hertenberger, qui appartient alors à un réseau de résistance, le fait partir avec son épouse à Saint-Benoît du Sault où ils s'installent dans la maison de l'artiste. C'est ainsi que Raymond Gesell et son épouse arrivent dans le Berry. Le couple Gesell quitte Saint-Benoit-du-Sault pour Abloux (lieu-dit de la commune Saint-Gilles, à 10 kms au nord de Saint-Benoit-du-Sault) où Emile Vinchon, poète et écrivain, leur trouve une petite maison en dehors du village pour se mettre à l'abri de l'occupant. Via le réseau de résistance auquel ils appartiennent, ils accueillent les parachutistes américains et anglais, l'épouse de Raymond Gesell parlant parfaitement l'anglais.

Peintre, graveur et héliograveur de formation, Raymond Gesell va faire de la photographie et de la retouche photographique son activité professionnelle. C'est ainsi qu'après la guerre en 1945, sa femme et lui-même décident de ne pas repartir à Paris et ouvrent un studio photographique au 22 rue Auclert-Descottes à Argenton-sur-Creuse. Ensemble, ils créent un fond de commerce qui jusque là n'existait pas dans la commune.

C'est sensiblement au même moment que Raymond Gesell fait l'acquisition d'une caméra 9,5 mm. Il commence à tourner des "actualités filmées" sur les évènements qui se déroulent à Argenton et ses environs : grande reconstitution historique des Croisades à Gargillesse-Dampierre en 1949, commémorations du 11 novembre 1955 à Argenton, cavalcade à Argenton vers 1950, travaux d'adduction d'eau pour la construction du château d'eau au Pêchereau entre 1954 et 1956, challenge sportif au stade d'Argenton en 1950, Saint-Vincent au Pêchereau en 1955.

Les films sont projetés parfois dans la vitrine de sa boutique de la rue Auclert-Descottes. Raymond Gesell anime aussi des arbres de Noël pour les enfants des communes du Pêchereau et de Saint-Marcel où il montre les actualités filmées qu'il a tournées durant l'année.

Ami de Jacques Allain, médecin et archéologue, fondateur du Musée d'Argentomagus, Raymond Gesell a pris de très nombreuses photographies au fur et à mesure des fouilles des sites du plateau des Mersants et du théâtre gallo-romain à Saint-Marcel. C'est d'ailleurs aux côtés de Jacques Allain qu'il tourne un véritable documentaire autour du travail de Fernand Baudat, potier de terre, intitulé "La technique archaïque des potiers de Bazaiges".

L'après guerre est une période faste. Les caméra-clubs (clubs de cinéastes amateurs) fleurissent un peu partout en France et la région Centre-Val de Loire n'échappe pas à la règle. Ainsi, Raymond Gesell fonde avec des amis le Ciné-Club argentonnais dont l’un des membres actifs est André Perriot. Surnommé "Dédé la Gaufrette" en raison de son métier de vendeur de biscuits, André Perriot fournit en "biscuits cigares " les bals du Ciné-Club. Parmi les convives, on remarque la présence des membres du Caméra Club de l'Indre (venus de Châteauroux), notamment Jean-Baptiste Drevet et Hector Gablin.

Le Ciné-Club argentonnais possède une particularité assez unique dans le paysage des caméra-clubs : caméras, projecteurs et colleuses sont mis à disposition afin que les membres du club les plus modestes puissent aussi réaliser des films.

Si Raymond Gesell cesse de tourner des films, il continue le travail de l'image en tant que peintre. ll est ainsi longtemps resté membre du Cercle des Beaux-Arts d'Argenton - dès sa création - et a participé aux diverses expositions à Argenton et sa région.

Raymond Gesell est décédé à Argenton-sur-Creuse le 23 octobre 2003.