Publié le 19/01/2015

L'expérience vidéo de la Maison de la Culture d'Orléans

Lundi 16 février 2015 - 17h30
BnF - site Richelieu - Paris (75)

Le séminaire "vidéo des premiers temps", organisé par la BnF et deux universités parisiennes, consacre une séance de travail à l'activité vidéo de la Maison de la Culture d'Orléans entre 1975 et 1985. 

A partir de 1975, la Maison de la Culture d'Orléans (MCO) se dote d'un secteur vidéo. Dès l'année suivante, Pierre Müller est recruté en tant que responsable de cette nouvelle activité. Non seulement, il organise à Orléans la diffusion de la jeune création dans le domaine de la vidéo, en invitant de nombreux artistes à montrer leurs films (Jean-Paul Fargier, Danielle Jaeggi ou Michel Jaffrenou), mais il anime également un centre de production avec une toute petite équipe. Des actions sont organisées en direction des scolaires (du collège à l'université) ou des personnes âgées. Des ateliers vidéo sont ouverts pour les adultes et les adolescents, qui permettent de faire naître des films militants, associatifs ou des projets artistiques plus personnels. Enfin, le lieu permet aussi d'accueillir des artistes vidéo qui cherchent des outils de montage, encore rares et chers.

L'expérience s'est achevée en 1985. Dans le cadre du séminaire "Vidéo des premiers temps", organisé par la BnF et les universités Paris 8 et Paris 3, Pierre Müller revient sur cette période et sur le travail qu'il a mené à Orléans en convoquant certains complices de cette aventure, notamment le réalisateur Philippe Gasnier ou Gérard Poitou, alors technicien à la MCO, fondateur quelques années plus tard de la société de production Prospective Image à Orléans.

Grâce à un partenariat avec Ciclic, des extraits viendront illustrer le parcours proposé et présenté par Pierre Müller. 

Le séminaire a lieu sur le site Richelieu de la BnF (5 rue Vivienne - 75 002 Paris) et l'entrée est libre. 

Après la fermeture de la Maison de la Culture d'Orléans, les bandes vidéo ont d'abord été conservées par les Archives municipales d'Orléans, avant de trouver refuge aux Archives départementales du Loiret. En 2011, les Archives départementales déposent ces 250 éléments auprès du pôle patrimoine de Ciclic. Une convention est actuellement en cours de préparation avec la Bibliothèque nationale de France pour permettre le traitement de l'ensemble de la collection (catalogage, numérisation et valorisation).